Quelques productions

Voici 2 documents que j’ai co-réalisé dans mon établissement.

Le premier dresse un bilan de la sécurité réalisée dans mon service. Le deuxième est à destination des élèves dans le cadre de la prévention du risque chimique. Le dernier est un document que nous devrions tous posséder et tenir à jour dans nos pratiques professionnelles.

La sécurité au laboratoire David 2014

Charte de laboratoire_juin 2015

Fiche prévention – agent de laboratoire

PERSONNELS NON ENSEIGNANTS

Personnel non enseignants, vous n’êtes pas tout seul !

Loin de là…

Voici une petite présentation qui regroupe quelques chiffres et pourcentages sur le nombre de personnels ITRF, administratifs…

Ainsi que la part des contractuels dans la fonction publique.

perso non enseignants

Il faut savoir que l’on trouve des personnels ITRF dans :

– des établissements d’enseignement supérieur (universités, instituts nationaux polytechniques, écoles d’ingénieurs),
– des établissements publics de recherche ou d’enseignement supérieur et de recherche,
– de grands établissements (Collège de France, Conservatoire National des Arts et Métiers, Institut de France, Muséum National d’Histoire Naturelle, Observatoire de Paris),
– des établissements sous tutelle du Ministère de l’Éducation Nationale (C.E.R.E.Q., C.N.D.P., C.N.E.D., I.N.R.P., O.N.I.S.E.P.),
– des Rectorats d’Académie, des E.P.L.E, les CROUS

Pour le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, en 2015, l’effectif total des ITRF est de 40256 personnels dont 54,9% de femmes.

Catégories :

A : 13 265 dont 48% de femmes. Représente 75 % de l’ensemble des Biatss

B : 10 406 dont 55,2% de femmes. Représente 66 % de l’ensemble des Biatss

C : 16585 dont 60,2% de femmes. Représente 63,1 % de l’ensemble des Biatss

 

Les équipements de protections

Les équipements de protection

Il existe 2 types d’équipements de protection :

– les équipements de protection individuel (EPI)

– les équipements de protection collectif (EPC)

1 : les EPI

Les EPI permettent de protéger le corps, les yeux, les mains et les organes respiratoires en utilisant une blouse adaptée à l’utilisation ( en général en EPLE en coton ou traitée anti acide si on travaille dans un laboratoire avec besoin d’une blouse spécifique), des surlunettes ( vos lunettes de vue ne suffisent pas à vous protéger), des gants, un masque.

Dans tous les cas les bonnes pratiques du laboratoire pour la protection du corps sont :

– toujours porter une blouse

– porter pantalon et chaussures fermées

– attacher les cheveux

– ne pas pipeter à la bouche, toujours utiliser une propipette ( poire ou seringue)

– na pas boire, mâcher et manger dans le laboratoire

– même en ayant porté des gants, il faut se laver les mains après toutes manipulations

– au cours d’une préparation ou d’une manipulation ne pas se toucher le visage ou le corps

– prévenir vos collègues (d’un autre service par exemple) quand vous réaliser une manipulation risquée en leur demandant de vous rejoindre afin de ne pas être seul au moment de la manipulation en cas d’incident.

Pour bien se protéger les yeux, éviter de porter des lentilles de contact ( elles sont même déconseillées lors d’utilisation de certains produits). Il est également important de porter les surlunettes si vous êtes à côté d’une personne qui manipule. En effet, il peut y avoir des projection de produits chimiques, des projections de verre… Et on pense à vérifier le bon fonctionnement des rince-oeil. En cas d’urgence rester 10minutes sous le lavage et appeler les urgences ophtalmique.

Il est également important de se protéger les mains lors d’utilisation de produits caustiques, de produits concentrés, …Pour cela il est important d’utiliser les bons gants à usage unique.

Pensez également qu’en présence de chaleur ( bec bunsen, plaque chauffante…) on n’utilise pas de gants !

Il existe des gants épais spécifiques résistants pour la manipulation du verre ( pour enlever une pipette dans une propipette, pour faire un tube coudé, …)

Malgré le port de gants lors de la manipulation, il est important de se laver les mains après les avoir enlevé.

Parfois nous travaillons avec des produits volatiles, ou des poussières, il est donc important de se protéger les voies respiratoires avec le port d’un masque ou de travailler sous une hotte ou une sorbonne. Pour ce genre d’usage, nous préférerons donc les EPC lors des pesées par exemple.

2 : les EPC

Dans les laboratoires, les salles de TP, les salles de stockage, vous devez avoir une douche et un rince-oeil en état de fonctionnement. Il est donc important de vérifier leur fonctionnement régulièrement. Car en cas d’urgence, vous n’aurez pas le temps de laisser couler l’eau 10minutes avant d’enlever l’eau stagnante dans les tuyauteries. Un rince-oeil non fonctionnel impliquerait que des bactéries se déposent dans vos yeux en cas d’urgence.

Les sorbones sont à utiliser en cas de manipulations de produits volatiles, de poudre… Mais doivent être utilisées de manière adéquate. On gardera la vitre baissée lors de la manipulation, maximum 40cm, avec la ventilation en fonctionnement, et on laissera tourner la ventilation au moins 15minutes après la manipulation.

Pensez à faire contrôler les sorbones tous les ans par une entreprise spécialisée. Vous pouvez également effectuer un contrôle régulier facilement à l’aide d’un anémomètre ( la vitesse d’extraction doit être supérieure à 0,5 m/s) et une feuille doit pouvoir s’envoler.

Depuis le 1er janvier 2020, le contrôle de la qualité de l’air du laboratoire doit être vérifié tous les ans.

Les hottes mobiles, à filtres, s’utilisent dans les mêmes conditions que les sorbones, en pensant à changer régulièrement les filtres ( annuellement ou selon le nombre d’heures d’utilisation définies dans le manuel). Mais avant toute utilisation de produits, pensez à vérifier dans le manuel d’utilisation. En effet le fournisseur/fabricant, doit vous fournir une liste des produits pouvant être manipulés en toute sécurité sous la hotte. Mais généralement, les CMR sont interdits sous hotte mobile.

Les armoires ventilées font également parties des EPC. Elles renferment l’ensemble des produits utilisés, dans des bacs de rétention. Il y a quand même quelques règles à suivre. L’article dédié au stockage reprend les informations importantes concernant le stockage des produits chimiques. Il conviendra quand même de bien séparer les produits en différentes catégories, et d’identifier sur les portes le contenu de chaque placard. Elles ont également des filtres à changer annuellement.

Fonctionnaires Stagiaires

Succès !

Bravo, vous avez réussi votre concours ! Alors vous devenez, dans la majorité des cas, fonctionnaire stagiaire.

Être fonctionnaire stagiaire n’est pas la garantie de devenir fonctionnaire. En effet, votre aptitude à exercer vos fonctions seront évaluées. Vous serez  :

  • Titularisé, dans la très grande majorité des fois
  • ou avec un stage renouvelé. Votre stage pourra être renouvelé une fois lorsqu’il sera estimé que vous n’avez pas encore acquis toutes les aptitudes pour exercer votre fonction.
  • ou, beaucoup moins fréquent, avec un refus définitif de titularisation.

Par ailleurs, après l’euphorie de la réussite, certains peuvent connaitre le “désenchantement” ou, tout simplement découvrir d’autres opportunités plus intéressantes ailleurs.

Que vous souhaitiez quitter volontairement votre poste ou que vous soyez en difficulté face à vos fonctions ou à votre hiérarchie, la suite de cet article s’adresse à vous :

Décision

Les fonctionnaires stagiaires de l’Etat sont soumis, à l’instar des fonctionnaires titulaires, aux dispositions de la loi du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires et, respectivement, de la loi du 11 janvier 1984 et du décret du décret n° 94-874 du 7 octobre 1994

Les points suivants sont à retenir :

“Dans le cas d’une demande de renouvellement de stage ou de refus définitif de titularisation, un rapport circonstancié et précis doit être joint à la demande susmentionnée afin d’étayer la position des services académiques ou des établissements et d’informer le plus amplement possible les membres de la CAP compétente.

Pour les personnels affectés en universités, conformément à la loi n° 2007-1199 du 10 août 2007 modifiée relative aux libertés et responsabilités des universités, les commissions paritaires d’établissement d’enseignement supérieur sont compétentes pour tout ce qui concerne la politique des ressources humaines de l’établissement et, notamment, pour les titularisations sur lesquelles elles doivent être consultées, avant examen par la commission administrative paritaire compétente. Le compte rendu de la CPE consultée devra faire état des échanges détaillés et faire apparaître la qualité des intervenants.”

Décret n°94-874 du 7 octobre 1994 fixant les dispositions communes applicables aux stagiaires de l’Etat et de ses établissements publics  précise les points suivants :

  • Cas de demande de démission (Cf. Article9)
  • Cas de grossesse (Cf. Article 4)
  • Cas de congés maladie (Cf. Titre 5 )
  • Cas de non renouvellement de stage ou de licenciement (Cf. Article 7)
    • Le fonctionnaire stagiaire peut être licencié pour insuffisance professionnelle lorsqu’il est en stage depuis un temps au moins égal à la moitié de la durée normale du stage. La décision de licenciement est prise après avis de la CAP sauf dans le cas où l’aptitude professionnelle doit être appréciée par un jury. Lorsque le fonctionnaire stagiaire a la qualité de fonctionnaire titulaire dans un autre corps, cadre d’emplois ou emploi, il est mis fin à son détachement et l’intéressé est réintégré dans son administration d’origine dans les conditions prévues par le statut dont il relève. Il n’est pas versé d’indemnité de licenciement.
    • Conditions :
      • Les tâches confiées ne doivent pas excéder de par leur importance ou leur niveau celles pouvant être confiées à un fonctionnaire de corps et grade équivalent.
      • Le fonctionnaire aura été « en mesure d’accomplir le stage prévu par les dispositions statutaires de son cadre d’emplois ».
      • La manière de servir de l’intéressé et son comportement dans l’exercice de ses fonctions ne doit pas être de nature à entraîner des situations préjudiciables à la bonne marche du service.
      • Si l’administration refuse de titulariser un agent à l’issue de son stage et le licencie pour des motifs qui ne reposent pas uniquement sur l’insuffisance professionnelle, l’intéressé doit être à même de prendre connaissance de son dossier et de présenter des observations, étant donné que cette décision est prise en considération de la personne.
  • Cas de suspension (Cf. Article 8)

le risque électrique

Le Risque Electrique

Le risque électrique est un risque important à ne pas négliger. Il s’agit principalement de risques d’électrisation, d’électrocution et de brûlures.

Le terme électrisation correspond au passage d’un courant électrique dans le corps. Une électrisation peut survenir accidentellement ou être provoquée. C’est par exemple le cas lorsqu’il est fait usage d’un défibrillateur cardiaque dans le cadre de secours d’urgence. Ou dans le cas des tasers ou pistolets à impulsion électrique qui servent à immobiliser une personne par électrisation.

La différence entre électrisation et électrocution réside dans les séquelles qui en résultent. En effet, on parlera d’électrocution lors d’un décès.

Au sein de votre laboratoire, vous devez avoir une liste, un inventaire, des matériels présents ainsi que les notices d’utilisation. Il faut utiliser un matériel certifié par l’une des trois normalisations suivantes et conçu pour l’utilisation qui en est faite : Norme internationale : la CEI, Norme européenne : le CENELEC, Norme française : l’UTE

Il existe plusieurs domaines de tension

Rappel: Les élèves mineurs ne peuvent manipuler que sur de la TBT: 110V en continu 50V en alternatif.

Les effets physiopathologiques dangereux dépendent de l’intensité du courant électrique traversant le corps humain, mais également de la durée de passage de ce courant.

A tension et intensité égale, le courant alternatif est beaucoup plus dangereux que le courant continu.

Les appareils utilisés par les élèves délivrent des tensions dont les valeurs nominales sont inférieures à ≤ 25 V en courant alternatif et à ≤ 60 V en courant continu.

Rappel : les élèves ne doivent pas brancher eux-mêmes les appareils utilisés. C’est à vous personnel de laboratoire ou aux enseignants de la salle, de brancher les agitateurs magnétiques, alimentation… tout appareil utile en TP.

Il est fortement recommandé d’avoir un personnel de laboratoire ayant l’habilitation électrique. Celle-ci est délivrée après une formation et est valable pour une personne dans un établissement donné, donc si vous mutez il vous faudra faire un renouvellement de la formation. L’habilitation électrique BS vous permet de remplacer un fusible basse tension à l’identique après avoir mis l’appareil hors tension, de remplacer une lampe, un interrupteur… en étant hors tension, ainsi qu’au réarmement d’un dispositif de protection sur une installation dans une salle, tout en prenant soin de l’environnement de travail.

DUER

le DUER

Le DUER, de son petit nom le Document Unique d’Évaluation des Risques, est un document qui permet de recenser les conséquences possibles de l’exposition aux dangers au sein d’un établissement. Il s’agit donc d’évaluer les risques d’intoxication, de brûlures chimiques, d’incendie, d’explosion, risques électriques…Pour cela il est important d’identifier les dangers, de déterminer l’exposition des éventuelle des personnes et ainsi mettre en œuvre les mesures de prévention adaptées.

C’est pourquoi, bien souvent, les personnels de laboratoire sont sollicités pour aider à réaliser une partie du DUER. En effet, il doit refléter la réalité de votre poste de travail, de votre laboratoire. On va donc vous demander de réfléchir aux risques auxquels vous faites face lors de vos gestes, utilisations de produits, postures, sorties, charge mentale…

 

Le DUER doit vivre et être mis à jour très régulièrement.

 

Pour l’utilisation des produits, il vous est demandé chaque année par votre chef d’établissement, de remplir le document suivant : FICHE DE PREVENTION DES EXPOSITIONS À CERTAINS FACTEURS DE RISQUES PROFESSIONNELS

Fiche prévention – gaelle

qui recense les produits utilisés et les risques avec la durée d’utilisation. C’est une bonne base pour établir le DUER.

L’établissement du document unique d’évaluation des risques et sa mise à jour sont imposés par la loi et sous la responsabilité juridique du chef d’établissement. Les DDFPT, directeurs délégués aux formations professionnelles et technologiques (chefs de travaux) sont également mis à contribution pour la rédaction du DUER ainsi que les agents de prévention de l’établissement.

Il va être intéressant, avec la situation sanitaire du COVID-19 de rajouter une section sanitaire pour la gestion des pandémies et épidémies comme celle que nous vivons, ce qui simplifiera à l’avenir la gestion de ce genre de crise.

Les établissements du second degré peuvent demander l’accès au logiciel MARGUERITE en contactant la délégation académique à la sécurité des établissements (DASE) : dase@ac-toulouse.fr

Le Rectorat pourra vous aider et vous accompagner en vous formant à l’utilisation de MARGUERITE. Un tutoriel est proposé en suivant le lien ⇒

Le Sgen-CFDT avait proposé un document afin d’aider à la rédaction du DUER. Copie de risque chimique grille3

Dans tous les cas il faut se tenir au courant régulièrement car la réglementation et les catégories de produits évoluent en permanence…